Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal
L’activité physique quotidienne – première étude

L’inactivité physique est devenue un problème de santé important pour les enfants et jeunes canadiens. En 2005, le gouvernement de l’Ontario a adopté une politique en matière d’activité physique quotidienne (APQ). Cette politique prévoit que les conseils scolaires doivent veiller à ce que tous les élèves du palier élémentaire fassent au moins 20 minutes d’activité physique, d’intensité modérée à vigoureuse, chaque jour de classe durant les heures d’enseignement.

SPO a mené trois études afin d’évaluer la politique d’APQ à l’échelle de la province.

La première de ces études a consisté en une analyse rétrospective de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique d’APQ. Cette analyse dégage des données probantes qui sont particulières au contexte ontarien et pertinentes par rapport aux études relatives à la mise en œuvre de politiques et de programmes d’activité physique par d’autres administrations.

L’analyse repose sur des entrevues semi-structurées avec des intervenants clés qui ont participé à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique. Un sommaire des principaux thèmes abordés est présenté ci-dessous.

Publications: Development and implementation of the Daily Physical Activity policy in Ontario, Canada: A retrospective analysis (en anglais)

Facteurs qui ont influé sur l’élaboration et la mise en œuvre de la politique

Facteurs liés à la santé
Les participants ont identifié les facteurs liés à la santé qui ont influé sur l’élaboration et la mise en œuvre de la politique d’APQ. Les tendances en matière d’obésité ont influé sur la politique et celle-ci était considérée comme un moyen d’accroître l’activité physique chez les enfants.
Forces politiques
Les participants ont indiqué que deux ministères provinciaux et la plate-forme du Parti libéral ont influencé l’élaboration de la politique visant à lutter contre l’inactivité physique et l’obésité chez les enfants. De plus, les participants ont indiqué que l’Ontario avait été influencé par d’autres provinces qui avaient déjà mis en œuvre des politiques d’activité physique.
Données probantes et composantes de la politique
Les participants ont indiqué que des preuves existent pour justifier la nécessité de lutter contre l’inactivité physique et l’élaboration de la plupart des composantes de la politique, comme la souplesse, afin de la rendre plus pertinente et réalisable au sein du système d’éducation.
Mise en œuvre de la politique
Les communications et le financement ont été les principaux facteurs qui ont influé sur la mise en œuvre initiale de la politique. Des discussions ont eu lieu concernant le calendrier serré du financement et l’absence de plan stratégique de financement.

Rôles et relations

Joueurs clés
Les participants ont identifé les joueurs clés impliqués dans le développement et la mise en oeuvre de la politique, tel que les chefs politiques provinciaux, les ministères de la Santé et de l'Éducation, et Ophea
Relations
L'importance des relations de travail positives entre les ministères et entre le ministères de l'Éducation et Ophea ont fait l'objet de discussion comme étant intégral au développement et la mise en oeuvre de lAPQ.

Obstacles à la mise en œuvre

Contexte de la mise en œuvre
Le calendrier serré de mise en œuvre et le manque de soutien, comme le manque de spécialistes de la santé et de l’éducation physique dans les conseils scolaires et la formation insuffisante du personnel enseignant ont été mentionnés comme étant des obstacles à la mise en œuvre.
Facteurs liés aux conseils scolaires et aux écoles
Le manque de préparation du personnel enseignant, le fardeau placé sur les épaules du personnel enseignant chargé de mettre en œuvre la politique et le fait de disposer d’un programme-cadre intérimaire Éducation physique et santé, plutôt qu’une version définitive, ont été mentionnés comme étant des obstacles à la mise en œuvre.
Reddition de comptes et responsabilité
L’absence d’un mécanisme de reddition de comptes afin de veiller à ce que la politique d’APQ soit mise en œuvre de façon adéquate et uniforme a été un thème fort discuté par les participants comme étant un obstacle à la mise en œuvre.

Situation actuelle de la politique d’APQ

Situation actuelle
Les opinions des participants étaient partagées concernant l'état de la mise en œuvre de la politique d’APQ. Alors que certains ont indiqué que la mise en œuvre de la politique d’APQ était incohérente partout dans la province et que la politique d’APQ avait été quelque peu oubliée au fil des ans, d'autres ont indiqué qu'ils n'avaient pas entendu parler de problèmes importants.
Perspectives d’avenir
Les participants ont discuté de la nécessité de faire une évaluation de la mise en œuvre de la politique, de mettre un accent accru sur la permanence de la politique et d’assurer une meilleure intégration de la politique d’APQ aux autres programmes-cadres.
Dernière révision de la page :  
Dernière mise à jour de la page : 2017-05-15 14:07
Copie imprimée incontrôlée. Valable uniquement le jour de Imprimer: [date]
Page mise à jour [date/temps] 2017-05-15 14:07
© , Ontario Agence de protection et de promotion de la santé