Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal
Nous rencontrons actuellement des problèmes intermittents avec l'inscription et la connexion, y compris l'accès à la formation en ligne. Nous sommes désolés de tout inconvénient que cela pourrait vous causer.

Lancement rapide

Blogue > Billets > Profil: Alex Marchand-Austin
janvier 12
Profil: Alex Marchand-Austin
Renforcer notre santé publique avec des données de laboratoire, une demande à la fois
Avez-vous déjà eu besoin de données de laboratoire pour un document de recherche ou un rapport? Il semble assez simple de produire ces renseignements, mais cela exige en réalité beaucoup de coordination et de compétences.
Allons voir derrière le rideau avec Alex Marchand-Austin, chef de la Surveillance en laboratoire et de la gestion des données à Santé publique Ontario, pour comprendre comment tout cela fonctionne.

Comment devient-on chef de la surveillance en laboratoire et de la gestion des données?

Peu d’enfants rêvent d’exercer un métier aussi spécifique que celui de chef de laboratoire en surveillance et en gestion de données – alors comment Alex est-il arrivé là? Peu après avoir obtenu son baccalauréat ès sciences en biologie cellulaire et moléculaire, Alex a lancé sa carrière en travaillant à l’Agence de la santé publique du Canada comme agent de liaison avec SPO. C’est dans ce poste qu’il a commencé à travailler de façon approfondie avec les données de laboratoire de SPO, et il a par la suite été recruté pour diriger le nouveau service de surveillance en laboratoire et de gestion des données. Cependant, ce n’a pas été la fin de son parcours pédagogique.​

<iframe width="300" height="169" src="https://www.youtube.com/embed/3-c2_yYfiuI?rel=0&amp;showinfo=0" frameborder="0" allow="autoplay; encrypted-media" allowfullscreen></iframe>​

Regardez Alex parler de la surveillance et de la gestion des données au laboratoire de SPO.

Le travail d’Alex consiste à gérer une équipe qui contribue au traitement des demandes de données visant la mine de données offertes par le laboratoire de Santé publique Ontario. En tant qu’intermédiaire entre les auteurs de demande (membres des bureaux de santé publique, chercheurs, universitaires) et le laboratoire, Alex doit travailler avec son équipe pour interpréter et adapter des données très techniques afin de répondre à chaque demande.

Ce travail contribue à rendre des données déjà importantes du point de vue clinique encore plus précieuses en élargissant leur utilisation dans le cadre d’initiatives de santé publique. C’est le meilleur de deux mondes : lorsque les gens sont déjà malades, les résultats des tests de laboratoire les aident à comprendre pourquoi et les mettent sur la voie du traitement. Ensuite, on peut examiner ces résultats du point de vue des populations pour élaborer des interventions de santé publique qui empêchent les gens de tomber malades.

L’importance du travail d’équipe

La plupart des gens ne sont pas au courant des niveaux de connaissance et de compétence nécessaires pour produire les données avec lesquelles l’équipe d’Alex travaille : « Les tests de laboratoire peuvent sembler donner une réponse simple à une question de diagnostic, mais beaucoup de travail doit être fait derrière la scène pour la produire : conception et validation des tests, compétences avancées de laboratoire, interprétation complexe de résultats multiples, facteurs liés aux patients, contrôle de la qualité ainsi que conception et entretien d’un système informatique de laboratoire ne sont que quelques exemples. Tous ces facteurs peuvent influer sur la qualité des données et doivent être pris en considération à divers degrés lorsqu’on élabore un ensemble de données à une autre fin, comme la surveillance ou la recherche ».

Tout cela ne serait pas possible sans l’équipe et les collègues d’Alex, dont il est particulièrement fier : « L’incroyable équipe du laboratoire travaille fort pour produire ses excellents résultats; ses membres sont notre plus importante ressource. Ils ont des expériences diversifiées et forment un groupe très compétent, amusant et serviable. Leur enthousiasme pour l’apprentissage et la résolution de problèmes me rend immensément fier de les avoir comme collègues. »

Depuis qu’il est à SPO, Alex a travaillé sur sa maîtrise ès sciences et a utilisé sa thèse pour se concentrer sur le séquençage du génome de Bordetella pertussis, la bactérie qui cause la coqueluche. Il a cherché à déterminer comment cette technologie pourrait servir à décrire les variations de la bactérie au fil du temps et comment la surveillance de ces variations pourrait être importante pour les organisations de santé publique. Les sujets examinés dans ces études deviennent de plus en plus pertinents dans son poste, puisque les données du séquençage de génome servent de plus en plus à améliorer la surveillance et les initiatives de recherche en santé publique.

Magasin de données sur le VIH

Parmi les principaux projets auxquels Alex a participé, mentionnons le magasin de données sur le VIH. Il s’agit d’un dépôt qui offre en temps opportun des données robustes sur le VIH et qui, aux paliers local (p. ex., clinique, bureau de santé publique), régional (p. ex., RLISS) et provincial, contribue :

  • à la surveillance;
  • à l’épidémiologie;
  • aux soins cliniques;
  • à la recherche;
  • à la priorisation;
  • à la planification et à l’évaluation.

Le magasin de données de laboratoire sur le VIH peut aider SPO à appuyer la prestation de meilleurs services cliniques et de santé publique en Ontario en permettant de mieux déterminer le nombre de personnes touchées par le VIH en Ontario.
Le magasin de données contribue à l’automatisation d’un processus laborieux de nettoyage et de transformation des données qui était auparavant exécuté manuellement. Grâce à lui, les épidémiologistes et les analystes ont plus de temps pour travailler avec des données de haute qualité aux fins des analyses et des rapports, au lieu de passer la plus grande partie de leur temps à nettoyer et à formatter. Cela a déjà permis à SPO de communiquer les progrès accomplis par l’Ontario dans la réalisation des cibles 90-90-90 établies par l’OMS pour la réduction du VIH, ce qui aurait été presque impossible sans le magasin de données.

Pour conclure, Alex est heureux de participer aux travaux réalisés à SPO : « SPO réunit des experts de divers domaines pour aborder de tous les angles les problèmes de santé publique. Nous avons des experts de laboratoire, des épidémiologistes, des analystes, des scientifiques, des médecins, du personnel infirmier et tout le personnel de soutien sous le même toit organisationnel pour répondre aux besoins de nos divers partenaires en santé publique. Cette masse critique de compétences contribue à ancrer un système de santé publique qui semble parfois fracturé. »​​

Commentaires

Aucun commentaire sur ce billet.

Copie imprimée incontrôlée. Valable uniquement le jour de Imprimer: [date]
Page mise à jour [date/temps] 2018-01-12 16:08
© , Ontario Agence de protection et de promotion de la santé