Projets locaux

Le programme Projets locaux amène les bureaux de santé publique à développer et à mener de manière collaborative des projets de recherche qui portent sur des questions d’intérêt commun liées aux Normes de santé publique de l’Ontario.

La nature collaborative du travail relatif aux projets locaux permet de rassembler des étudiants, des universitaires et des organisations qui réalisent des travaux connexes. Dans le cadre du programme, le personnel des bureaux de santé publique dirige des projets et renforce ses compétences en recherche et en gestion de projet, tout en s’assurant que les résultats découlant de ces projets sont directement liés au travail des bureaux de santé publique de l’Ontario.

Vision

Renforcer le système de santé publique par la collaboration en vue de la réalisation de recherches appliquées et d’évaluations relatives à des questions importantes de santé publique.

Mission

  • Favoriser l’établissement de partenariats collaboratifs entre les bureaux de santé publique et les parties prenantes clés.
  • Augmenter la capacité des bureaux de santé publique par la mise en œuvre de projets de recherche appliquée et d’évaluation qui sont réalisables et bien fondés sur le plan scientifique, et produire des connaissances pertinentes pour le système de santé publique de l’Ontario.
  • Renforcer et maintenir le partage des connaissances parmi les bureaux de santé publique et entre ceux-ci et les autres parties prenantes.

Fonctionnement des projets locaux

Le programme Projets locaux se divise en quatre phases : aider les bureaux de santé publique à établir la priorité des suggestions de projets, élaborer les propositions, mettre en œuvre les projets, et traduire les résultats des projets en actions afin d’améliorer les programmes et les politiques de santé publique.

Santé publique Ontario finance les projets locaux approuvés et soutient les participants tout au long des diverses phases, y compris :

  • facilitation du processus initial d’établissement des priorités
  • facilitation ciblée de la recherche
  • formation et développement des compétences relatifs à un large éventail de sujets
  • occasions d’échange de connaissances
  • ressources et outils
  • infrastructure pour la collaboration virtuelle

Participation à des projets locaux

La collaboration est un élément clé du programme Projets locaux. Le personnel des bureaux de santé publique, les universitaires et les étudiants peuvent participer.

« (...) la participation en a valu la peine, et j’ai appris beaucoup de choses au sujet de la recherche, de l’élaboration de questionnaires et du processus. Étant donné que je travaille au sein d’un petit bureau de santé publique en région rurale, le projet local m’a donné des possibilités qui ne m’auraient pas été offertes autrement. »

« J’ai élargi mon réseau personnel et de contacts, et pas seulement avec du personnel de première ligne. J’ai discuté avec des gestionnaires, des épidémiologistes, des spécialistes de programmes, des infirmiers et infirmières, et des promoteurs de la santé. »

Le personnel des bureaux de santé publique joue de nombreux rôles dans le cadre d’un projet local. Il peut diriger le projet, être membre d’une équipe et contribuer au projet, ou agir à titre d’utilisateur de connaissances dont la participation consiste à déterminer les besoins et comment le projet pourrait y répondre.

La participation à un projet local donne au personnel des bureaux de santé publique l’occasion d’échanger avec d’autres personnes travaillant dans le même domaine, de participer à des ateliers et à d’autres possibilités de formation sur un grand éventail de sujets, d’accéder au site collaboratif des projets locaux et à beaucoup de ressources liées à la recherche, de réaliser un projet de recherche, et de développer ses compétences de leadership et de collaboration.

Les partenaires du milieu universitaire apportent des connaissances inestimables appuyant le travail des équipes des projets locaux, à la fois comme membres des équipes et comme réviseurs externes.

« J’aime aussi l’approche prise par SPO relativement à la révision. Il s’agit d’une approche beaucoup plus constructive que le modèle de concurrence où l’on utilise les commentaires des réviseurs pour établir des "gagnants" et des "perdants". Je serais heureux de participer à nouveau à une révision. »

Ils contribuent à la rédaction de la proposition de recherche, à la réalisation de la recherche et à la diffusion des résultats. Faire partie d’une équipe de projet local permet aux partenaires du milieu universitaire de faire connaissance avec les collègues des bureaux de santé publique, de renforcer le projet et d’aider au renforcement des capacités.

Les réviseurs externes renforcent les propositions et ont la possibilité de faire évoluer les projets locaux en appuyant les équipes des projets et en leur offrant des conseils.
Des étudiants participent à chaque projet local, ce qui leur permet d’acquérir une précieuse expérience de la recherche et d’échanger avec les membres des équipes des projets.

La plupart des étudiants participent à la collecte de données ou à la phase d’analyse des projets; en outre, ils peuvent réaliser des examens documentaires, rédiger des ébauches de documents et recruter des participants.

 

Nos projets

Amélioration continue de la qualité :

Renforcement de l’amélioration continue de la qualité dans les bureaux de santé publique de l’Ontario

Objet

L’amélioration continue de la qualité (ACQ) est un principe général de gestion centré sur les processus et les systèmes à l’œuvre dans les activités professionnelles quotidiennes de tous les employés. Elle vise à améliorer les programmes et les services offerts à l’aide de données servant à mettre à l’essai, à analyser et à améliorer les processus.

Compte tenu de l’accent mis sur la qualité et l’auto-amélioration organisationnelle continue dans les Normes de santé publique de l’Ontario, il importe plus que jamais de savoir comment renforcer l’ACQ au sein des bureaux de santé publique (BSP) de l’Ontario. À ce jour, les BSP ont reçu peu d’orientation à ce sujet. Tous ne se situent pas au même stade; il leur a été difficile d’échanger de l’information, d’apprendre les uns des autres et d’établir des façons communes de procéder.

Le projet a pour objectif de renforcer l’amélioration continue de la qualité dans les BSP de l’Ontario. Nous identifierons des stratégies et des outils pour favoriser une ACQ robuste et durable dans les BSP de la province.

Sommaire du projet

Ce projet réunira les parties intéressées – personnel des BSP, celui affecté à la Qualité des services de santé et celui du ministère de la Santé et des Soins de longue durée – afin qu’elles contribuent à la conception, à la mise en œuvre et à l’évaluation du projet. Nous nous fonderons sur des recherches antérieures, y compris des résultats de sondage du personnel des BSP et un examen de délimitation.

L’étape suivante de la recherche consistera à concevoir la meilleure démarche possible de renforcement de l’ACQ dans l’ensemble des BSP de l’Ontario et au sein de chacun d’eux, et à encourager le passage d’un stade de maturité à l’autre dans le continuum. Nous y parviendrons en consultant les BSP et d’autres partenaires du secteur de la santé publique au sujet des formulations utilisées relativement à l’ACQ, et en recueillant et en analysant des exemples de travaux sur l’ACQ effectués dans les BSP pour déterminer leur efficacité.

Ressources (en anglais)

 

Évaluation de la santé de la population

Étude pilote « Children Count » : Utilisation du sondage sur le milieu scolaire pour la surveillance et la planification coordonnées de la santé des enfants et des jeunes de l’Ontario

Objet

L’Ontario ne dispose pas d’un système permettant de faire un suivi régulier des renseignements sur la santé des enfants et des jeunes pour les collectivités locales. Il faut disposer d’information sur les enfants et les jeunes à l’échelle locale pour pouvoir prendre des décisions quant aux programmes de santé publique répondant le mieux aux besoins particuliers de cette population. En mettant à profit nos recherches et notre collaboration avec les conseils scolaires de la province, nous élaborerons une méthodologie en vue d’un nouveau module sur la santé portant sur l’alimentation saine, l’activité physique et la santé mentale qui sera intégré au sondage sur le milieu scolaire.

Sommaire du projet

Les conclusions de la première phase de recherche entreprise par l’équipe d’évaluation de la santé de la population ont porté sur l’évaluation des lacunes existantes dans les données relatives à la santé des enfants et des jeunes de l’Ontario. Le rapport final, intitulé Children Count, a été publié en mars 2017. Dans le cadre du projet, un sondage a été réalisé auprès de tous les bureaux de santé publique et des principaux contacts des établissements d’enseignement, du gouvernement et des directeurs de l’éducation.

Une des principales conclusions était que la santé mentale, l’activité physique et l’alimentation saine sont des aspects hautement prioritaires pour lesquels il faut améliorer la collecte de données locales.

S’inspirant des recommandations résultant de la première phase, l’équipe du projet Children Count entreprend une mise à l’essai de deux ans à partir du sondage sur le milieu scolaire pour faire un suivi coordonné de l’état de santé.

En plus de la collaboration avec les conseils scolaires pour élaborer une méthodologie en vue d’un nouveau module sur la santé portant sur l’alimentation saine, l’activité physique et la santé mentale qui sera intégré au sondage sur le milieu scolaire, le projet permettra :

  • d’évaluer l’applicabilité et la faisabilité d’un partenariat entre les bureaux de santé publique et les conseils scolaires
  • d’élaborer un guide de mise en œuvre pour mener de façon coordonnée la surveillance et la planification des services de santé à partir du sondage sur le milieu scolaire

La mise à l’essai a débuté en décembre 2017 avec le recrutement de conseils scolaires comme sites de mise à l’essai. Pour cette étude, nous voulons recruter de quatre à sept (n = 4 à 7) conseils scolaires représentatifs de la diversité de la province (catholiques, publics, de langue française, ruraux, nordiques, urbains, etc.), et nous concentrer sur le renforcement des relations existantes entre les conseils scolaires et les bureaux de santé publique.

Les conseils scolaires et les bureaux de santé publique partenaires seront représentés au comité directeur de la recherche, qui en dirigera tous les aspects selon un modèle participatif. Le nouveau comité directeur se chargera de tous les aspects de la recherche, de la mise en œuvre et de l’analyse.

Impact

Le projet produira un guide de mise en œuvre résumant le processus de collecte des données, leur utilisation et la collaboration des bureaux de santé publique et des conseils scolaires à des fins d’échange et de diffusion des connaissances à des publics plus larges; ce guide servira de trousse à outils pour la réalisation du sondage sur le milieu scolaire ainsi que l’analyse et l’utilisation des données qui en découleront.

Ressources

Saine alimentation

Mesurer la littératie alimentaire

Objet

Les aliments que nous mangeons influent sur notre santé. Une alimentation de mauvaise qualité nous expose au risque d’avoir une maladie cardiovasculaire, certains types de cancer, le diabète, une santé mentale de piètre qualité et/ou un trouble de la tension artérielle. Des recherches montrent que la littératie alimentaire est l’une des stratégies possibles pour améliorer la qualité de l’alimentation. Il faut examiner de plus près les avantages des programmes de littératie alimentaire pour comprendre comment cette littératie peut favoriser une alimentation saine, réduire le risque de maladie et maintenir la bonne santé.

Un outil permettant de mesurer la littératie alimentaire est crucial pour la planification de programmes de santé publique efficaces en Ontario. Puisque les fonds affectés aux programmes sont limités, nous devons connaître les meilleurs moyens de planifier, de mettre en œuvre et d’évaluer les programmes de littératie alimentaire. Un outil de mesure nous aidera à déterminer les programmes les plus efficaces.

Sommaire du projet

En 2016, notre équipe du programme Projets locaux a mené des recherches pour produire une liste des principaux éléments ou caractéristiques de la littératie alimentaire. En consultation avec des experts et du personnel de la santé publique en littératie alimentaire, nous avons relevé 12 éléments classés dans cinq catégories (en anglais) :

  • Connaissance des aliments et de la nutrition (connaître la diversité des aliments, leur source, les nutriments qu’ils contiennent et leur lien avec la santé).
  • Compétences alimentaires (tout au long de la vie, être capable de préparer des repas sans danger grâce à des habiletés de base comme le découpage, le mesurage, la cuisson et la lecture des recettes).
  • Confiance en soi et en son efficacité (être capable de choisir, d’acheter, de préparer et de cuisiner les aliments sains dans divers milieux, déterminer ce qui est sain et malsain, savoir où trouver de l’information fiable, avoir une attitude positive envers les aliments et en essayer de nouveaux).
  • Décisions alimentaires (prendre des décisions alimentaires saines).
  • Facteurs extérieurs qui influent sur la santé et l’environnement et qui peuvent déterminer la littératie alimentaire
    • facteurs sociaux (bon salaire, suffisamment d’aliments, logement sûr et abordable, outils pour préparer les aliments, lieux d’apprentissage sur l’alimentation saine)
    • système alimentaire (façons de cultiver, de transformer, de transporter, de consommer et de jeter les aliments);
  • Culture et croyances (pratiques alimentaires culturelles et familiales, manger ensemble, soutiens sociaux, y compris familiaux).

Créer un outil de littératie alimentaire

En vue d’exploiter les résultats de ces recherches, notre équipe travaillera avec un consultant en recherche pour mettre au point un outil et en faire l’essai. Cet outil permettra de mesurer la littératie alimentaire des groupes à risque élevé, notamment :

  • les jeunes (de 16 à 19 ans);
  • les jeunes parents (de 16 à 25 ans);
  • les femmes enceintes (de 16 à 25 ans).

Pour planifier notre étude, nous avons examiné la façon dont des outils similaires (p. ex., NutriStep®, Healthy Eating Index, SCREEN) avaient été mis au point. Nous avons également discuté avec certains des chercheurs ayant pris part à leur création.

Nous élaborerons les questions clés de l’outil de littératie alimentaire et les organiserons selon les 12 éléments de la littératie alimentaire. Nous effectuerons divers essais pour nous assurer que les questions de l’outil permettent de recueillir l’information recherchée concernant la littératie alimentaire.

Une fois l’outil créé, nous ferons d’autres essais visant les mêmes groupes cibles à risque élevé afin que le personnel de santé publique qui travaille auprès d’eux puisse l’utiliser.

Impact

Lorsque les essais seront terminés, nous aurons créé un outil de haute qualité permettant de mesurer la littératie alimentaire au sein des populations cibles que nous avons cernées, de recueillir des données sur l’efficacité des programmes, de modifier les programmes et d’utiliser les données pour appuyer des demandes de ressources additionnelles en littératie alimentaire auprès du gouvernement et d’autres organisations clés.

Ressources (en anglais)

Exploitation des données sur l’équité en matière de santé

Échange d’information sur la santé avec les organisations communautaires en vue de favoriser l’adoption d’habitudes de vie saines par l’ensemble de la population

Objet

La promotion de l’équité en matière de santé au sein de nos collectivités passe obligatoirement par la collaboration entre les bureaux de santé publique locaux (BSP) et leurs partenaires communautaires. Pour cerner les lacunes sur le plan de l’équité en matière de santé et les possibilités dans ce domaine, il est important de posséder des données sur la situation démographique, les comportements et les résultats en matière de santé de la population. Ce projet reposera sur une approche de collaboration qui favorisera le leadership parmi les partenaires communautaires ainsi que des possibilités durables d’échange de données entre les OSPL et leurs partenaires.

Sommaire du projet

À l’heure actuelle, nous ne disposons pas de système durable et cohérent d’échange de données entre les BSP et les organisations communautaires (comme les YMCA, la Marche Des Dix Sous et les services à l’enfance). Or, cela nuit à la capacité des organisations communautaires de faire ce qui suit :

  • mieux cerner les populations prioritaires;
  • guider les programmes et les services qui répondent à des besoins prioritaires;
  • appuyer les propositions de financement;
  • participer aux activités de défense des intérêts de leur collectivité.

Ce projet vise à cerner les pratiques exemplaires de sélection, d’analyse et de distribution des données clés sur le comportement et les résultats en matière de santé de façon à orienter les activités d’équité en matière de santé. Le projet s’étalera sur deux phases, suivies d’une composante d’échange des connaissances.

La première phase du projet consistera à cartographier le recours actuel aux données sur l’équité en matière de santé parmi les partenaires communautaires au moyen d’un sondage en ligne. Le sondage portera sur les besoins et les défis des partenaires, ainsi que les facteurs qui facilitent leur accès aux données et à l’interprétation de ces données. Un sommaire des résultats du sondage et les conclusions d’une analyse documentaire orienteront une discussion de groupe animée réunissant environ 20 à 24 partenaires communautaires. La discussion portera sur trois thèmes : les obstacles à l’échange et à l’utilisation des données, les solutions possibles et les questions de mise en œuvre connexes.

La dernière phase portera sur l’élaboration d’un processus d’échange de données qui s’inspirera des renseignements obtenus des partenaires communautaires durant la discussion de groupe animée. Ce processus guidera les pratiques exemplaires de sélection, d’analyse et de distribution des données clés sur les comportements et les résultats en matière de santé, et il fera l’objet d’un projet pilote réalisé avec certains partenaires pour garantir qu’il répondra aux besoins des diverses organisations communautaires.

Impact

Un guide résumant les résultats d’analyse du sondage en ligne, des ouvrages pertinents et une discussion de groupe avec animateur sera élaboré. Le guide aura pour but d’encourager les BSP et les partenaires communautaires à utiliser le processus recommandé d’échange de données pour favoriser l’équité en matière de santé. Il sera distribué aux parties prenantes clés et aux utilisateurs de connaissances identifiés.

Ressources (en anglais)

Priorités aux patients :

Collaboration des bureaux de santé publique et des RLISS pour améliorer la santé de la population

Objet

La nouvelle loi ontarienne intitulée Loi donnant la priorité aux patients exige que les bureaux de santé publique (BSP) et les Réseaux locaux d’intégration des services de santé (RLISS) adoptent de nouveaux modes de collaboration. Le rôle des organisations régionales que sont les RLISS est de déterminer la meilleure façon de répartir les ressources pour répondre économiquement aux besoins des patients. On demande aux BSP de contribuer davantage à la planification du système de santé avec les RLISS en raison de leur intérêt pour l’évaluation de la santé de la population, la prévention des maladies et des traumatismes, la protection contre la maladie et la promotion de la santé.

L’utilisation d’une approche axée sur la santé de la population signifie qu’il faut déterminer comment répondre aux besoins en matière de santé de l’ensemble de la population, et non seulement à ceux des patients pris en charge par le système de soins de santé. Les approches axées sur la santé de la population cherchent à améliorer la santé d’une population entière et à réduire les inégalités en matière de santé parmi certains segments de la population. Elles donnent aux personnes, groupes et communautés les mêmes chances d’atteindre leur plein potentiel sur le plan de la santé. Elles préviennent aussi les traitements préjudiciables découlant de facteurs sociaux, économiques ou environnementaux.

Ce projet vise à examiner et à déterminer les éléments clés d’une collaboration réussie entre les BSP et les RLISS qui permettra d’améliorer le système de santé de l’Ontario au moyen d’une approche axée sur la santé de la population.

Sommaire du projet

Chaque relation entre un BSP et un RLISS est unique. Nous nous efforcerons de consulter et d’interroger des groupes clés tout au long du projet afin de nous renseigner sur les collaborations existantes en Ontario.

Le projet définira les attentes et les contributions des BSP et des RLISS en vue de l’adoption d’un modèle commun axé sur la santé de la population. Grâce à cette recherche, nous déterminerons les renseignements qui peuvent le mieux appuyer la planification du système de santé et la prestation des soins, et s’ils tiennent compte de tous les facteurs qui agissent sur la santé au cours d’une vie.

Nous interrogerons un éventail diversifié de personnes et de groupes, y compris des médecins hygiénistes, des directeurs généraux de RLISS, des représentants du ministère de la Santé et des Soins de longue durée, des membres de conseil d’administration de RLISS et de BSP, des gestionnaires et des directeurs de programme, des épidémiologistes ainsi que des analystes de la santé de l’Ontario.

La recherche se déroulera en deux phases : la phase 1 consistera en une étude qualitative descriptive sur laquelle se fondera une enquête transversale en ligne réalisée à la phase 2.

Impact

L’élaboration de produits de recherche peut comprendre des listes d’auto-évaluation qui permettront de déterminer les éléments clés d’une collaboration réussie entre les BSP et les RLISS, ainsi que des ententes officielles liant BSP et RLISS, comme des chartes de projet ou des modèles de protocole d’entente. Nous nous attendons à ce que les BSP et les RLISS utilisent ces outils pour élaborer des approches de collaboration utiles et cohérentes afin d’améliorer le système de santé de l’Ontario en le dotant d’une approche axée sur la santé de la population.

Ressources (en anglais)

 

Renforcement des liens entre les Premières Nations et la santé publique :

Examen des principes et des pratiques d’engagement visant à améliorer la santé communautaire

Objet

Les bureaux de santé publique de l’Ontario gèrent une grande variété de programmes de santé de la population. Ces programmes visent à améliorer et à protéger la santé de toutes et tous, et à faire en sorte que chaque personne ait des chances égales en matière de santé. Cependant, les bureaux de santé publique ne collaborent pas systématiquement avec les Premières Nations afin d’assurer le maintien d’un système intégré de santé publique.

 

Le Nord-Est de l’Ontario compte 39 communautés des Premières Nations dont les membres vivent sur des terres constituant une réserve au sens de la Loi sur les Indiens. Ce projet local a pour but de cerner les pratiques et principes d’engagement efficaces, respectueux et mutuellement bénéfiques dans le contexte des relations entre les communautés des Premières Nations et les bureaux de santé publique du Nord-Est de l’Ontario. Dans le cadre du projet, on entend par « engagement » un processus de mobilisation maintenu par une relation respectueuse.

Sommaire du projet

Les bureaux de santé publique ont intérêt à élaborer des processus d’engagement efficaces, respectueux et mutuellement bénéfiques avec les communautés des Premières Nations. Or, le secteur de la santé publique reçoit peu de conseils de la province sur la façon de procéder. De plus, nous en savons peu sur la façon dont les Premières Nations désirent interagir et collaborer avec les bureaux de santé publique. Les résultats de ces recherches constitueront un premier pas important vers l’amélioration des possibilités en matière de santé pour toute la population. Le projet sera réalisé en deux volets organisés autour d’une analyse documentaire et d’une analyse des pratiques d’engagement.

 

L’analyse des revues scientifiques et d’autres publications portera sur les principes et les stratégies d’engagement et de collaboration qui ont caractérisé les relations entre les peuples autochtones et les organisations du secteur public du Canada au cours des 10 dernières années. L’analyse a pour but de repérer des ouvrages dont pourrait s’inspirer le projet.

L’équipe de recherche analysera la documentation pour en extraire des exemples de pratiques d’engagement appliquées aux relations entre les peuples et communautés autochtones et les bureaux de santé publique (ou d’autres types d’organisations) au cours des 10 dernières années. Cette analyse a pour but de repérer des exemples récents qui pourraient nous aider à cerner les principes et les stratégies productifs en plus de ceux qui ont échoué. L’analyse sera réalisée en deux phases : un sondage en ligne sera proposé aux bureaux de santé de l’Ontario qui ont déjà collaboré avec les Premières Nations, et on tiendra des groupes de discussion ou des cercles de partage avec des Premières Nations, des conseils tribaux ou des organisations de services de santé régionales des Premières Nations du Nord-Est de l’Ontario qui ont collaboré avec le secteur de la santé publique.

Mise en œuvre

Des représentants possédant une expertise et une expérience et connaissant les perspectives autochtones des communautés du Nord-Est seront chargés de guider l’équipe du projet et les décisions concernant la conception, l’orientation et la mise en œuvre du projet afin que l’approche générale du projet tienne compte des points de vue des Premières Nations.
Les principes de propriété, de contrôle, d’accès et de possession des Premières Nations constitueront un cadre de recherche exhaustif reposant sur l’autodétermination en ce qui concerne les façons de recueillir, d’utiliser et de communiquer les données relatives aux Premières Nations.

Impact

L’équipe analysera et interprètera les données de façon à rédiger des conseils sous forme de propositions de stratégies et de principes d’engagement efficaces. Elle communiquera ses conclusions aux bureaux de santé publique, aux Premières Nations et à d’autres parties qui souhaitent élaborer des stratégies d’engagement respectueuses.

Ressources (en anglais)

Cette page contient les rapports des projets locaux complétés (en anglais).

Allaitement

Environnement bâti

Poids santé chez les enfants

Les chutes tout au long de la vie

Making fall prevention “everyone’s business” - Getting community partners to actively address fall prevention for older adults

Santé mentale

Priorité aux patients

Évaluation de programme

Médias sociaux

icône de messagerie

Contacter le Service

Projets locaux

ldcp@oahpp.ca

Mis à jour le 12 avr. 2019