Le rapport analyse 1 337 cas de décès liés aux opioïdes survenus en Ontario de juillet 2017 à juin 2018

Communiqué

21 juin 2019

logos

(TORONTO, 17 juin 2019) — Le réseau Ontario Drug Policy Research Network de l’Hôpital St. Michael de Toronto, le Bureau du coroner en chef et Santé publique Ontario ont publié un  rapport (en anglais) analysant les 1 337 décès liés aux opioïdes survenus en Ontario entre juillet 2017 et juin 2018. Parmi ces cas, le nouveau rapport fait la lumière sur les circonstances à l’origine de 1 209 décès jugés accidentels ainsi que sur les caractéristiques des victimes, le rôle joué par différentes substances opioïdes et non opioïdes, et le contexte dans lequel les surdoses se sont produites.   

Près de 60 % des incidents se sont produits à la résidence privée de la personne décédée, 17 % à la résidence privée d’une autre personne et 12 % dans d’autres endroits tels une maison de chambres, un hôtel ou motel, une maison d’hébergement ou un logement avec services de soutien. Il importe de noter que, dans le cas des personnes décédées dans leur résidence privée, les victimes étaient souvent seules au moment où s’est produite la surdose.    

Selon le rapport, on aurait procédé à une tentative de réanimation dans près de la moitié des  décès. La naloxone aurait été administrée par des premiers intervenants, des membres du personnel hospitalier ou des passants dans 22 % des cas de décès accidentels.   

« Il est à espérer qu’une meilleure compréhension de la situation des personnes les plus vulnérables aux surdoses mortelles d’opioïdes puisse contribuer à éclairer les programmes et les services de prévention des décès de cette nature en Ontario », de dire la Dre Tara Gomes, membre de l’équipe principale d’enquête du réseau Ontario Drug Policy Research Network et scientifique auprès de l’institut du savoir Li Ka Shing de l’Hôpital St. Michael. 

Santé publique Ontario propose un outil interactif sur les opioïdes auquel le public peut accéder en ligne. On y trouve de l’information sur les cas et les taux signalés de méfaits liés à la consommation d’opioïdes ainsi que des données provenant du Bureau du coroner en chef.   

Le Bureau du coroner en chef s’engage à assurer une surveillance soutenue des activités en cours et accueille favorablement d’autres efforts de collaboration qui  pourraient contribuer à prévenir les décès. Grâce à la collaboration du Bureau du coroner en chef avec Santé publique Ontario et le réseau Ontario Drug Policy Research Network, des données fiables et à jour sont recueillies, diffusées et analysées dans le but de sauver des vies. 

« Les données présentées dans ce rapport n’auraient pas pu être recueillies sans les efforts assidus de nombreux professionnels dont les coroners de l’Ontario, les pathologistes  du Service de médecine légale de l’Ontario, les toxicologues du Centre des sciences judiciaires, ainsi que les premiers intervenants, le personnel des soins de santé et les personnes qui travaillent à la réduction des risques. Je remercie également les familles qui ont perdu des êtres chers en raison des surdoses d’opioïdes, plus particulièrement pour l’aide qu’elles nous ont apportée lors de nos enquêtes », précise le coroner en chef, le Dr Dirk Huyer.

Autres faits saillants du rapport :

  • Sur les 1 337 cas de décès survenus entre juillet 2017 et juin 2018, 1 209 (90,4 %) étaient accidentels et 99 (7,4 %) étaient des suicides. Quant aux cas de décès accidentels liés aux opioïdes :
  • Le fentanyl et ses analogues ont directement contribué à la mort d’environ trois quarts  (71,2 %) de ces victimes, alors que le carfentanil, analogue du fentanyl très puissant, a contribué à la mort de 12,4  % des victimes.
  • Près de trois sur quatre victimes étaient des hommes.
  • Un peu plus de la moitié des victimes se situaient dans la tranche d’âge de 25 à 44 ans, alors qu’environ le tiers des victimes étaient âgées de 45 à 64 ans. 
  • La majorité des victimes (62,0 %) résidaient dans les grands centres urbains, et près du tiers (31,8 %) résidaient dans des quartiers à fort taux de privation matérielle où les ressources essentielles étaient inaccessibles.
  • Près de la moitié des victimes (46,8 %) étaient sans emploi, 18,1 % avaient un emploi et 32,9 % avaient une situation d’emploi inconnue. Selon les données d’emploi qu’on a pu recueillir, près du tiers (31,0 %) des victimes qui avaient un emploi avant leur décès travaillaient dans le secteur de la construction. 

Relations avec les médias :
Michael Oliveira
Chef de la stratégie média
Hôpital St. Michael
416 864-5047
oliveiram@smh.ca

Dirk Huyer, M.D.
Coroner en chef de l’Ontario
Bureau du coroner en chef
647 329-1898

Événement

PHO Grand Rounds: “Communities are attempting to tackle this crisis”: a scoping review of community overdose responses

Using integrated knowledge translation, we involved experts and knowledge users in conducting, interpreting, reporting and discussing the application of these findings.

This presentation summarizes our preliminary results and considers how this knowledge could be used to inform practice across Canada.

 

Voir les détails de l'événement
icône de messagerie

Contacter le Service

Services de communications

communications@oahpp.ca

Publié le 21 juin 2019